• 1-7-1 - Le pays


     
     
     

    Le Cambodge est un pays d'Asie du Sud-Est d'une superficie de 181 035 km², pour 14 241 640 habitants (selon le recensement de 2008). Centre du Fou-nan, puis de l'Empire Khmer, il a connu une histoire tumultueuse, et parfois tragique. C'est aujourd'hui un des pays les plus pauvres de la région.

    Carte d’identité

    - Superficie : 181 035 km².
    - Population : 14,2 millions d'habitants (dont 33 % ont entre 1 et 14 ans).

    - I.D.H. : 0,571
    - Capitale : Phnom Penh.
    - Religion : bouddhisme.
    - Régime politique : monarchie constitutionnelle à tendance autoritaire.
    - Roi : Norodom Sihamoni (depuis 2005).
    - Premier ministre : Hun Sen.
    - Langues : khmer, français (langue de l'écrit administratif), anglais et vietnamien.
    - Monnaie : riel.
    - Espérance de vie : 62 ans.

     

    Monnaie et change

    - La devise cambodgienne s'appelle le riel.
    - Conversions usuelles pas trop difficiles : 1 $ = 4 400 riels,

    - L'euro est monnayable dans les banques des grandes villes.

    - Les dépenses sont faites quasiment qu’en dollars. On vous rendra cependant la petite monnaie en riels.

     

    Coût de la vie

    Le Cambodge reste un pays très bon marché malgré l'utilisation prépondérante du dollar US. À Phnom Penh, on peut limiter ses dépenses quotidiennes à 10 €, ou 17 € en s'accordant quelques plaisirs. Dans la capitale et à Siem Reap, les chambres les moins chères valent de 1,50 à 3,50 €. Dans la catégorie moyenne, comptez de 10 à 50 €, et 8 € dans le reste du pays. En fréquentant les restaurants locaux, votre budget repas ne dépassera pas 5 € par jour. Angkor, destination incontournable, reste relativement cher, entre l'achat du pass (de 13,50 à 40 € selon la durée) et la location d'un moyen de transport (9 € par jour en moyenne). Avec l'amélioration des routes, les services de bus se sont développés et permettent de sillonner la majeure partie du pays à moindres frais.

     

    Logement

    Chambre économique : < 15 $US

    Chambre moyenne : 15-75 $US

    Chambre de qualité : > 75 $US

     

    Climat

    Comme tout pays tropical digne de ce nom, le Cambodge connaît deux saisons : la période d'hiver (novembre à mars) et la mousson d'été (mai à octobre). La première est relativement sèche (avec une température autour de 25 à 30 °C) ; la seconde est très chaude (jusqu'à 35 °C) et surtout très humide (pluies violentes mais courtes, en fin de journée, et pas mal d'inondations). Avril et mai sont deux mois particulièrement étouffants.
    Novembre à mars est la meilleure période pour partir.

     

    Mines

    C'est certainement le problème le plus dramatique du pays, truffé de mines antipersonnel pendant près de 15 ans par la guérilla khmère rouge. Puis, en riposte, le gouvernement en a disposé contre la guérilla.
    La Cofras (Compagnie française d'assistance), qui a pris le relais des Casques bleus pour déminer le territoire et former des démineurs cambodgiens, a déjà débarrassé Angkor de ses mines.
    Le Cambodge détient le pourcentage de handicapés le plus impressionnant.
    À notre connaissance, les touristes ont été épargnés par les mines. Phnom Penh n'est pas miné et les temples principaux d'Angkor ont désormais été nettoyés. Un conseil cependant : ne jamais quitter les routes et les chemins, refuser toute proposition d'aider un copain à repiquer le riz aux frontières avec la Thaïlande !

     

     

    Décalage horaire

    L'heure locale au Cambodge est la même qu'au Vietnam, au Laos et en Thaïlande (pas de décalage horaire si vous arrivez de Bangkok) : 5 h d'avance sur Paris en été, 6 h en hiver. Quand il est 12 h à Paris, il est donc 17 h (en été) ou 18 h (en hiver) à Phnom Penh.

    Électricité

    Pas de problème majeur. Les prises françaises s'adaptent parfaitement aux prises cambodgiennes.

     

     

    Langue

    L'idiome officiel est le khmer.

    L'écriture est indéchiffrable pour qui n'a pas fait Langues O, l'alphabet étant issu du sanskrit... Rassurez-vous, (presque) tout est traduit en français ou en anglais dans les magasins, les restos et les édifices publics.

    Aujourd'hui, depuis le passage de l'ONU, les jeunes apprennent surtout l'anglais.

    Les motos-taxis connaissent quelques mots d'anglais, la plupart ne comprennent pas grand-chose, excepté le montant de la course, accessoirement le nom des rues. Ils vous feront toujours croire qu'ils ont compris.
    Quelques rudiments de khmer ne vous seront pas inutiles, surtout en dehors de la capitale.

     

     

    Visas

    Le gouvernement délivre dans les ambassades des visas de tourisme valables un mois et renouvelables une seule fois. Il coûte, pour un français 20€ et peut être délivré en 48hr via l’Ambassade du Cambodge en France. On peut aussi se le procurer directement à l’aéroport.

     


    Santé

    Attention aux maladies transmises par les piqûres d'insectes (le paludisme, la dengue...), prenez un traitement préventif et utilisez des répulsifs. La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-polimyélite est conseillée, ainsi que celles de la fièvre typhoïde, des hépatites A et B et, en cas de long séjour en zone rurale, de l’encéphalite japonaise. Ne pas boire l'eau du robinet.

     

     

    L’artisanat

    L'artisanat au Cambodge est surtout de type familial. Il assure un complément de revenu au travail dans les rizières. Pendant les années troubles de son histoire, l'artisanat ait connu une pause, et il n'a pu reprendre que grâce à la mémoire des Cambodgiens aidés parfois par des organisations internationales.

    Le tissage de la soie et du coton - Takeo et Kompong Cham

    La poterie - Kompong Chhnang et ses environs

    L'argenterie - le village de Tul Mau au nord de Phnom Penh

    Le travail du cuir - les villes de Sisophon, Siem Reap et Phnom Penh dispose d'un théâtre d'ombres qui perpétue la tradition de fabriquer des marionnettes en cuir de vache ou de buffle.

    La sculpture sur pierre - Kompong Thom

    La sculpture sur marbre - Pursat

     

     

    Se déplacer

    Une seule compagnie aérienne, Siem Reap Airways, propose des vols intérieurs et relie cinq fois par jour Phnom Penh et Siem Reap.

    L'amélioration des routes a entraîné l'augmentation des services de bus, qui desservent les principales villes.

    Dans les régions reculées, pick-up, taxis collectifs et minibus prennent le relais.

    Les trains de passagers, d'une lenteur effarante, ont été suspendus.

    En ville ou pour les courtes distances, motos-dop et tuk-tuk sont souvent plus pratiques et moins chers que les taxis.

    Toujours possibles, les transports fluviaux sont peu à peu supplantés par les bus (moins chers et plus rapides). Des bateaux effectuent toujours les trajets Phnom Penh-Siem Reap et Siem Reap-Battambang. Des bateaux très rapides (et dangereux) circulent entre Stung Treng et la frontière laotienne.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :