• 09/2009 - Haïti, un pays pas comme les autres...

    Haïti… un pays pas comme les autres…<o:p></o:p>

    <o:p> Septembre 2009
    </o:p>
    <o:p></o:p>

    En Haïti…<o:p></o:p>

    En Haïti, quand les pompiers interviennent, ils oublient de recharger leurs camion en eau avant d’aller sur le lieu de l’intervention.<o:p></o:p>

    En Haïti, lorsqu’il y a un blocus (embouteillage), c’est qu’il y a forcément un policier caché qui fait la circulation.<o:p></o:p>

    En Haïti, quand une voiture tombe en panne, on la laisse au milieu de la route.<o:p></o:p>

    En Haïti, on perce les tuyaux sous l’asphalte pour disposer d’eau.<o:p></o:p>

    En Haïti, la population a peur de la pluie.<o:p></o:p>

    En Haïti, on parle en dollars haïtien, alors que cette monnaie n’existe pas. Et pourtant, il existe un taux de change !!! 1$ht pour 5 gourdes.<o:p></o:p>

    En Haïti, les tap-tap (transport collectif local) et les taxis sont autorisés à faire n’importe quoi sur la route. Ce sont les « rois »<o:p></o:p>

    En Haïti, la nuit, tout le monde roule en plein phare. Et tant pis pour les autres !!<o:p></o:p>

    En Haïti, on construit des centrales électriques de 8 génératrices. Mais quand on en branche qu’une seule, on fait sauter tout le réseau électrique d’une ville…<o:p></o:p>

    En Haïti, personne ne reste le matériel qui n’est pas le sien. Et encore…<o:p></o:p>

    En Haïti, il n’y a pas de négociation possible, tout le monde veut gagner. Il n’y a pas de perdant.<o:p></o:p>

    En Haïti, la Minustah (les casques bleus : ici normalement pour la paix) sont renvoyés dans leur pays pour viol sur mineur et proxénétisme…<o:p></o:p>

    En Haïti, lorsqu’un véhicule est bloqué par un autre, qui est en train de discuter avec un ami au milieu de la route, le chauffeur, sort son arme pour tirer en l’air. Sûrement un problème de klaxon qui ne marche pas…<o:p></o:p>

    En Haïti, la logique est inexistante.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Mais Haïti, on l’aime pour ça !!!!<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    NOTA : toutes ces informations sont issues d’expériences vécues !!!<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    A défaut,<o:p></o:p>

    En Haïti, on y retrouve tous les paysages du monde,<o:p></o:p>

    En Haïti, il y aura toujours un haïtien pour vous aider si vous êtes en galère,<o:p></o:p>

    En Haïti, Il y a surement les plus belles plages du monde,<o:p></o:p>

    En Haïti, on peut faire de la randonnée, de la baignade (étang, mer, cascade, au choix !!), de la plongée, de la pêche à l'espadon. Mais aussi dormir à la belle étoile sur une plage.<o:p></o:p>

    En Haïti, on peut faire du camping sauvage dans la seule forêt qui reste.<o:p></o:p>

    En Haïti, le chaleur humaine existe réellement.<o:p></o:p>

    En Haïti, il y a de quoi s'amuser et passer d'excellente mabiance.<o:p></o:p>

    En Haïti, les bars regorgent de bière locale (La famuese "Prestige") et la musique est toujours là !!<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Chofè ! (chauffeur)<o:p></o:p>

    A Port-au-Prince, on ne conduit pas, on « chauffe ». Réflexes, concentration et une parfaite condition physique sont nécessaire pour s’attaquer au bitume. Sans oublier les règles élémentaires de la conduite en locale…<o:p></o:p>

    Explication en 5 points (tiré du guide touristique local « Panorama »)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Vous êtes un bon conducteur, mais êtes vous un bon chofè ?<o:p></o:p>

    1.   Les trottoirs sont fait pour le petit commerce. La chaussée par conséquent est faite pour les piétons ; accessoirement, elle sert aussi aux voitures.<o:p></o:p>

    2.   Le principe selon lequel l’usage du klaxon soit à éviter le plus possible, est complètement farfelu. Etre radin en coups de klaxon est aussi impoli qu’imprudent.<o:p></o:p>

    3.   L’espace à Port-au-Prince est compté, le gaspiller serait inconvenant. Là où deux voitures peuvent se glisser, il doit sûrement y avoir moyen d’en mettre une troisième.<o:p></o:p>

    4.   Celui qui est le plus pressé a la priorité. Si deux pressés se rencontrent, le plus gros pare-choc gagne la priorité.<o:p></o:p>

    5.   Conduire est une affaire de diplomatie. Sachez quand patienter et quand « mettre son nez dans le trafic ». Au sens propre…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :